Augmentez progressivement votre temps d’exercice tant que vos symptômes ne s’aggravent pas.

Author Avatar

admin

Joined: Apr 2022

Augmentez progressivement votre temps d’exercice tant que vos symptômes ne s’aggravent pas.

Certaines personnes trouvent plus confortable de marcher dans la partie peu profonde d’une piscine. Envisagez d’essayer une marche de 2 à 3 minutes ou de rouler à un rythme facile. Reposez-vous au moins trois fois aussi longtemps que vous faites de l’exercice. Si cela n’aggrave pas vos symptômes, réessayez demain, ou le lendemain, ou ce qui vous convient le mieux.Concentrez-vous sur l’augmentation de la durée de l’exercice, pas sur l’intensité. Augmentez progressivement votre temps d’exercice tant que vos symptômes ne s’aggravent pas. Rythmez-vous en fonction des autres défis physiques, cognitifs et émotionnels auxquels vous êtes confrontés chaque jour et assurez-vous d’obtenir le repos dont vous avez besoin.Pour les exercices de force, commencez avec des bandes de résistance, des tubes ou des appareils de musculation avec des charges de travail légères. Le National Center on Healthy, Physical Activity, and Disability recommande de maintenir chaque contraction pendant 3 à 5 secondes chacune, de 3 à 6 répétitions et de faire de la musculation trois fois par semaine selon vos capacités. Pour de meilleurs résultats, travaillez avec un professionnel du fitness certifié pour un programme adapté à vos besoins.Des exercices d’étirement doux aident à maintenir une amplitude de mouvement normale autour de vos articulations. Étirez-vous jusqu’au point de tension et maintenez pendant 10 à 60 secondes. Répétez chaque étirement 2 à 4 fois selon vos capacités. Effectuez des exercices d’étirement deux à trois fois par semaine ou plus, tant que vos symptômes ne s’aggravent pas.

L’exercice est important

Lorsque vous vivez avec SEI, il peut parfois être difficile de passer la journée. Commencer à faire de l’exercice et savoir quel niveau vous pouvez tolérer demandera de la patience et de la persévérance. Mais vous pourriez être surpris de voir à quel point le bon niveau d’activité physique peut vous aider à vous sentir mieux et à effectuer vos activités quotidiennes avec moins d’effort.

Si vous souhaitez commencer un programme d’activités mais que vous ne savez pas comment ni par où commencer, un physiothérapeute agréé ou un professionnel du fitness certifié ayant de l’expérience et une formation en SEID peut vous aider.

Ressources additionnelles

Centre national de la santé, de l’activité physique et du handicap

Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes

Aperçu du PDF

Un accident vasculaire cérébral ou une « crise cérébrale » survient lorsqu’un caillot de sang bloque la circulation du sang vers le cerveau ou lorsqu’une déchirure d’un vaisseau sanguin provoque un saignement dans le cerveau. Dans les deux cas, une partie du cerveau commence rapidement à mourir par manque d’oxygène. Selon la partie du cerveau touchée, l’AVC peut entraîner des problèmes de mouvement, d’équilibre, d’endurance, de conscience sensorielle, de vision, de communication, de jugement, d’apprentissage, de mémoire et/ou d’émotions. Alors que certaines personnes se remettent complètement d’un AVC, plus des deux tiers des survivants d’un AVC ont encore une incapacité ; l’étendue de l’invalidité dépend de l’emplacement et de la gravité de l’AVC. Un programme de remise en forme adapté à la récupération après un AVC peut aider à réduire l’invalidité et à améliorer la forme physique, la mobilité, la fonction physique, la santé, l’humeur et la qualité de vie.

L’entraînement en force

La spasticité, ou augmentation du tonus musculaire, est une plainte fréquente après un AVC. Cela peut entraîner une perte d’équilibre ou un mouvement incontrôlé du ou des membres concernés. Pour minimiser le risque de blessure liée à la spasticité pendant l’entraînement en force, augmentez progressivement le poids et commencez chaque nouvel exercice avec prudence. Si vous avez des difficultés avec certains exercices, quelques adaptations d’équipement peuvent suffire. Par exemple, des attelles ou des orthèses aident à contrôler le tonus musculaire et la position des articulations, prévenant les blessures et la douleur. Vous pouvez améliorer votre préhension avec des dispositifs de préhension élargis ou rembourrés. Les cannes, les marchettes et même les fauteuils roulants peuvent vous aider à augmenter votre mobilité.

Évitez de retenir votre souffle pendant l’exercice, car cela peut augmenter votre tension artérielle à des niveaux dangereux. Même une hypertension artérielle de courte durée est un facteur de risque d’un futur AVC.

La flexibilité

Essayez de faire des exercices de flexibilité quotidiennement. N’oubliez pas que les muscles et les articulations paralysés ou non fonctionnels doivent être étirés, tout comme leurs homologues fonctionnels. Bien que le mouvement actif soit préférable, les articulations peuvent être déplacées passivement par vous-même, un entraîneur ou un membre de la famille en utilisant une technique appropriée.

Posture

Les modifications du tonus musculaire, de l’équilibre et de la vision peuvent entraîner une posture voûtée. Travaillez sur l’amélioration de la posture en mettant l’accent sur l’extension de la tête, du cou, du tronc, des hanches et des genoux. Laissez votre vision diriger votre mouvement. Regardez souvent pendant vos activités physiques pour améliorer votre posture, vos mouvements et vos perspectives.

N’oubliez pas d’exercer vos muscles du tronc dans le cadre de votre programme de conditionnement physique. Un exercice classique pour le tronc consiste à s’allonger sur le dos, les genoux pliés et les pieds à plat sur le sol. Roulez doucement les deux genoux d’un côté à l’autre. Faites progresser cet exercice de base en déplaçant vos bras, votre tête, votre cou et vos épaules dans la direction opposée. Déplacez-vous lentement pour sentir l’étirement. Passez aux exercices de rotation du tronc en position assise puis debout en déplaçant vos bras ou vos jambes sur la ligne médiane de votre corps. Cela améliorera le tonus musculaire général et la posture et aidera à améliorer votre respiration.

Conditionnement cardiaque

La recherche suggère que l’entraînement cardiorespiratoire améliore considérablement la capacité de marche et la mobilité des personnes qui ont subi un AVC. Pour profiter de cet avantage, obtenez d’abord l’approbation du médecin avant de commencer un programme d’exercices cardiovasculaires. Commencez ensuite par un programme que vous apprécierez et que vous pourrez compléter confortablement. Au fur et à mesure que votre forme physique, votre coordination et d’autres compétences s’améliorent, augmentez lentement la fréquence, l’intensité ou la durée de l’exercice.

Nutrition

Une alimentation saine pour le cœur peut aider à réduire le risque d’un deuxième AVC. Choisissez une alimentation faible en gras saturés, en gras trans, en sodium et en cholestérol et riche en légumes, fruits et grains entiers. N’oubliez pas non plus que si votre niveau d’activité a diminué depuis avant l’AVC, manger la même quantité et les mêmes types d’aliments peut entraîner une prise de poids. L’augmentation du poids corporel peut rendre l’exercice plus difficile et augmenter le risque d’un futur accident vasculaire cérébral.

Bien-être général

Un AVC peut susciter de nombreuses émotions, peurs et défis inattendus. Vous pouvez avoir un mauvais jugement, avoir des accès de mauvaise humeur, vous sentir apathique, avoir une durée d’attention réduite ou être déprimé ou anxieux. Vous pouvez avoir peur de tomber. Vous pouvez ressentir de la frustration. Bien que des médicaments et/ou une psychothérapie soient parfois nécessaires pour vous aider à relever ces défis, faire de l’exercice et être en forme peuvent aider à réduire votre risque de chute, à atténuer le stress, à améliorer votre capacité à apprendre et à vous donner un coup de pouce mental. Et rappelez-vous toujours que vos amis, votre famille, votre entraîneur personnel certifié ACE et votre physiothérapeute et/ou ergothérapeute sont à vos côtés pour vous aider à vous mettre en forme et peut-être même vous amuser un peu.Mary Jo Korn, PT, MBA, physiothérapeute et vice-président du développement commercial pour Edgewater Rehabilitation Associates Inc. (ERA), a fourni de nombreuses recommandations d’exercices pour ce document pédagogique.

Ressources additionnelles

American Stroke AssociationNational Stroke AssociationMedline PlusNational Institute of Neurological Disorders and Stroke

Aperçu du PDF

La lombalgie peut avoir un impact majeur sur votre programme de remise en forme et votre capacité à effectuer des tâches quotidiennes simples. Alors que la plupart des maux de dos sont de courte durée et disparaissent avec une intervention minimale, la plupart des gens aimeraient éviter de ressentir à nouveau la douleur. La première étape de la prévention consiste à savoir ce qui a causé votre mal de dos en premier lieu. Si votre douleur était associée à un picotement dans l’une de vos jambes, vous pouvez être assez sûr que vous souffriez de sciatique.

Les bases de la sciatique

La sciatique résulte d’une irritation du nerf sciatique. Le nerf sciatique est le nerf le plus long de votre corps, allant de votre région pelvienne à l’arrière de vos cuisses, où il se divise en deux branches qui descendent jusqu’à vos pieds. Lorsque le nerf sciatique est comprimé, vous pouvez ressentir des maux de dos ainsi que des douleurs ou des picotements dans les jambes ou jusqu’aux orteils.

La sciatique résulte le plus souvent d’une hernie discale (également connue sous le nom de disque glissé, rompu, bombé ou saillant). Les disques sont des coussins entre les vertèbres osseuses. À mesure que les gens vieillissent, les disques perdent de leur force, ce qui rend un mouvement de torsion soudain ou une blessure au dos plus susceptible de provoquer une hernie. Une mauvaise biomécanique, une courbure du dos, des muscles abdominaux faibles ou une grossesse augmentent également le risque de hernie. La sténose spinale, ou le rétrécissement du canal rachidien, et le spondyloisthésis, ou le glissement d’un corps vertébral devant un autre corps vertébral, peuvent également provoquer une sciatique.

Bien que la sciatique puisse être très douloureuse, les lésions nerveuses permanentes sont rares. Et heureusement, parce que la moelle épinière ne s’étend pas à travers la colonne lombaire (inférieure), il n’y a aucun risque de paralysie due à une hernie discale dans cette zone. peut indiquer une affection grave appelée syndrome de la queue de cheval qui nécessite des soins médicaux immédiats.

Sciatique

Le meilleur traitement pour la sciatique dépend de la gravité du problème. Si la douleur interfère avec votre capacité à effectuer des tâches quotidiennes ou si elle dure plus d’une semaine, vous devriez consulter votre médecin pour une évaluation complète. Votre médecin peut vous prescrire des tests pour évaluer la source de votre douleur, vous prescrire des analgésiques sur ordonnance et/ou vous administrer une injection de stéroïdes au site de l’inflammation. Si votre douleur est particulièrement intense et prolongée, votre médecin peut également vous référer à un chirurgien pour évaluer si la chirurgie vous apportera un soulagement supplémentaire de evaluationduproduit.top la douleur. Très probablement, votre médecin pourrait simplement vous recommander de faire ce qui suit :

Appliquez de la chaleur (les recherches suggèrent que la glace n’est pas aussi utile) pendant 20 minutes toutes les deux heures, au besoin.Soulagez la douleur et l’inflammation avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène ou l’aspirine, comme indiqué sur le flacon.Maintenez vos niveaux réguliers d’activité physique (mais évitez ce qui a pu causer le mal de dos en premier lieu). Le repos au lit n’aidera pas à soulager la douleur.Commencez un programme de physiothérapie une fois que votre douleur est suffisamment contrôlée afin que vous puissiez apprendre à prévenir de futures blessures.Faites des étirements passifs du bas du dos. Cela pourrait vous aider à vous sentir mieux et à soulager une partie de la compression nerveuse.Si votre douleur est chronique (plus de six semaines), un programme d’activité physique régulier aidera à diminuer la douleur. Il améliore également votre posture, renforce votre dos, augmente la flexibilité et aide à la perte de poids et à la prévention des chutes.

La sciatique est une gêne douloureuse qui dure des jours pour la plupart des gens et des mois pour les autres. Quoi qu’il en soit, c’est une douleur que vous ne voulez sûrement pas revivre. Votre professionnel du fitness certifié ACE local peut vous aider à développer un programme d’exercices pour vous aider à gérer l’inconfort actuel et, peut-être plus important encore, à prévenir les douleurs futures.

Ressources additionnelles

Clinique Medline Plus Mayo

Aperçu du PDF

La lombalgie est l’une des principales causes d’invalidité liée au travail et de travail manqué aux États-Unis. La douleur est si insupportable que les Américains dépensent plus de 50 milliards de dollars par an pour tenter de la faire disparaître. Bien que la lombalgie touche généralement les personnes âgées de 30 à 50 ans, la plupart des gens souffrent de maux de dos (souvent liés au travail) à un moment ou à un autre. Mais vous pouvez réduire vos chances avec un peu de conseils et une bonne dose de prévention.

La première étape consiste à évaluer votre risque. Les personnes les plus à risque de maux de dos travaillent dans des emplois qui nécessitent de se pencher, de soulever et de se tordre fréquemment. Vous êtes également à risque si vous êtes en surpoids, fumez ou êtes inactif. Heureusement, avec quelques changements, vous pouvez réduire ou éliminer bon nombre de ces risques. Commencez par essayer d’arrêter de fumer et peut-être de perdre un peu de poids si vous êtes en surpoids. Et puis faire quelques changements au travail.

Soulever des objets lourds

De nombreuses personnes souffrent de douleurs lombaires après avoir soulevé un objet lourd de manière inappropriée. Suivez ces conseils pour réduire votre risque de blessure.

Si vous devez soulever quelque chose de trop lourd, demandez de l’aide.Assurez-vous que vos pieds sont au moins à la largeur des épaules afin d’avoir une large base de soutien.Tenez-vous aussi près que possible de l’objet que vous soulevez.Pliez vos genoux, PAS votre taille.Soutenez votre dos en contractant vos muscles abdominaux lorsque vous soulevez ou abaissez l’objet.Soulevez en utilisant les muscles de vos jambes, PAS votre dos.Tenez l’objet le plus près possible de votre corps.Ne vous tordez PAS et ne vous penchez PAS vers l’avant lorsque vous soulevez ou portez l’objet.

Assis au travail

Rester assis pendant des heures est un moyen sûr de développer des maux de dos. Le mieux est de faire des pauses régulières pour reposer votre dos et vous détendre. Et si vous n’avez pas d’autre choix que de vous asseoir, prenez au moins les précautions suivantes :

Soutenez le bas de votre dos. Utilisez une serviette roulée, un petit oreiller ou un support de siège spécialement conçu.Asseyez-vous avec une bonne forme. Alignez vos oreilles avec vos épaules et gardez votre menton parallèle au sol. Évitez de vous pencher d’un côté et évitez les meubles trop rembourrés qui n’offrent pas un soutien adéquat. Lorsque vous vous penchez en avant à votre bureau, penchez-vous vers l’avant au niveau des hanches au lieu d’arrondir le bas du dos. Cela vous permettra de garder votre dos droit et bien aligné.Achetez une chaise pivotante de qualité pour pouvoir travailler sans vous tordre le dos. (Placer votre ordinateur près de vous aide également à minimiser les torsions et les virages.) Assurez-vous que votre chaise a un siège, un dossier et des accoudoirs réglables. Le ressort du dossier doit être réglé de manière à ce que le dossier bouge avec vous. Un siège qui s’incline vers l’avant est particulièrement utile.

N’oubliez pas de faire de l’exercice

Les gens pensaient que le repos au lit était le moyen de se remettre d’une lombalgie. En réalité, l’exercice aide non seulement à soulager les lombalgies chroniques, mais il aide également à prévenir les douleurs futures.

L’exercice peut améliorer votre posture, renforcer votre dos, augmenter votre flexibilité et vous aider à perdre du poids et à éviter les chutes. Un programme de qualité comprend des activités aérobies (comme la marche, la natation, le vélo, des cours de conditionnement physique en groupe), de la musculation (poids libres, bandes de résistance, poids corporel) et des étirements (yoga, tai-chi). Vous pouvez même faire certaines de ces activités au travail – après une position assise prolongée, faites une marche rapide de 10 minutes. Rangez un tapis de yoga dans votre coin bureau et, lors de votre prochaine pause, faites quelques exercices et étirements pour le bas du dos. Besoin de plus d’idées ? Un entraîneur personnel certifié ACE ou Advanced Health Le spécialiste du conditionnement physique peut vous aider à adopter une façon sûre, efficace et amusante de garder votre dos et tout votre corps forts.

Ressources additionnelles

Institut national des troubles neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux

Medline Plus

Académie américaine des chirurgiens orthopédiques

Aperçu du PDF

Un accident vasculaire cérébral ou une « crise cérébrale » survient lorsqu’un caillot de sang bloque la circulation du sang vers le cerveau ou lorsqu’une déchirure d’un vaisseau sanguin provoque un saignement dans le cerveau. Dans les deux cas, une partie du cerveau commence rapidement à mourir par manque d’oxygène. Selon la partie du cerveau touchée, l’AVC peut entraîner des problèmes de mouvement, d’équilibre, d’endurance, de conscience sensorielle, de vision, de communication, de jugement, d’apprentissage, de mémoire et/ou d’émotions. Alors que certaines personnes se remettent complètement d’un AVC, plus des deux tiers des survivants d’un AVC ont encore une incapacité ; l’étendue de l’invalidité dépend de l’emplacement et de la gravité de l’AVC. Un programme de remise en forme adapté à la récupération après un AVC peut aider à réduire l’invalidité et à améliorer la forme physique, la mobilité, la fonction physique, la santé, l’humeur et la qualité de vie.

Reviews

0 %

User Scrore

0 ratings
Rate This

Sharing